Le mal aimé des mals aimés.

Tom Kha Tofu | @vivrepourMANGERpourvivre.wordpress.com

Je crois que l’un des aliments les plus mals aimés en Occident, c’est le tofu. Mal aimé ou peut-être plutôt mal connu ou difficile d’approche. Et pourtant! Beaucoup de gens autour de moi me disent qu’ils aimeraient bien l’ajouter à leur alimentation, mais qu’ils ne savent pas trop comment aborder ce bloc ivoire. Chose certaine, cet aliment soulève les passions. Chez moi, on en mange souvent. Même chéri aime bien le tofu (et ne vous méprenez pas, c’est un carnivore de chez Carnivore.) J’aime cet aliment, pas tant parce que c’est un aliment végétarien, mais pour sa versatilité. En effet, avec sa saveur douce (Oui, oui, le tofu a une saveur et goûte quelque chose!) il se cuisine littéralement à toutes les sauces. Je l’aborde plus avec une optique comme dans la cuisine asiatique, c’est-à-dire en le considérant comme un aliment en soi, à part entière, et non comme un substitue de viande. C’est souvent là qu’un plat végétarien fait pâle figure, quand on tente de recréer exactement le même plat que celui qu’on ferait avec de la viande: non, ça ne goutera pas la même chose (et c’est tant mieux). Mais si on approche le tofu comme étant du tofu, là, ça devient un aliment super pratique, versatile et délicieux!

Le tofu est obtenu par la coagulation du lait de soja chauffé, puis est plus ou moins pressé, pour obtenir un bloc, soyeux ou ferme. C’est un peu le même principe que pour la fabrication d’un fromage frais. Il est d’origine chinoise, mais s’est rapidement répandu au Japon puis dans tous les pays asiatiques. En Occident, il est surtout considéré comme un aliment végétarien, puisqu’il remplace avantageusement la viande pour son apport en protéines, cholestérol en moins. En plus d’être nutritif, il est économique et polyvalent. Voilà plein de bonnes raisons de l’ajouter à son alimentation. Par contre, je vous conseille fortement d’acheter des tofus bios, car la fève de soya est l’un des aliments les plus OGM sur la planète. En choisissant le tofu bio, vous vous assurez de ne pas consommer du soya OGM. Puisque les OGM, ce n’est pas bon sur la santé, malgré ce que Monsanto voudrait bien nous faire croire. Pas besoin de faire un détour par une épicerie bio pour vous procurer du tofu bio, toutes les grandes chaines en commercialisent. Les produits unisoya, largement distribués dans les grandes chaines d’alimentations, offrent des produits bios et garantis sur son site internet que ses produits du soja ne contiennent pas d’OGM, même les produit sans certification biologique. Soyarie un autre fabricant de tofu, largement distribué au Québec, offre également des tofus bios. De plus, ces 2 compagnies sont Québécoise ! On aime d’autant plus!

Voici une recette facile et réconfortante, rapide à préparer, dans laquelle le tofu est évidemment à l’honneur! Le Tom kha Tofu est une soupe classique de la Thaïlande. Avec son réconfortant bouillon de lait de coco, ses épices envoutantes et la douceur du tofu, c’est vraiment un plat plein de saveur! Quand vous choisissez les boîtes de laits de coco, jetez un oeil aux ingrédients. Une boîte de lait de coco ne devrait contenir que de la noix de coco et de l’eau. Rien d’autre. Si la liste des ingrédients s’allonge, la qualité diminue et vaux mieux se tenir loin des produits transformés. La différence de prix est dérisoire, alors on ne lésine pas sur sa santé pour quelques sous, hein !

Tom Kha Tofu | @ vivrepourMANGERpourvivre.wordpress.com

Tom Kha Tofu

[pour 2 ou 3 personnes]

végévegansg

  • 1/2 bloc de tofu ferme bio
  • 6 à 8 tomates cerises
  • 2 oignons verts
  • 2 petits bok choy (ou pack choy, chou chinois, ou fleuret de brocolis)
  • 1 petite boite de pousse de bambou
  • 3 ou 4 shitake séchés
  • 1 pouce de galanga frais (cuillères à thé de morceau de galanga séchés, à défaut, 1 pouce de gingembre frais)
  • 3 ou 4 feuilles de lime kaffir
  • 2 ou 3 petits piments thaï
  • 2 ou 3 batons de citronnelle
  • 2 boites de lait de coco
  • 2 cuillères à soupe de Tamari ou sauce soja
  • 1 limes + quartier pour servir
  • Coriandre fraîche
  • Huile de sésame

Réhydratez les champignons en versant de l’eau bouillante dessus. Laissez reposer environ 30 minutes. Si vous utilisez les morceaux de galanga séchés (une racine qui ressemble au gingembre mais a un parfum moins piquant) réhydratez comme les champignons une trentaine de minutes dans l’eau chaude.

Dans une casserole, combinez le lait de coco, la citronnelle, le galanga (ou gingembre), les feuilles de lime kaffir, 1 ou 2 piments thaïs, l’eau de trempage des champignons (et celle du galanga, s’il y a lieu) et le tamari. Amenez doucement à ébullition.

Coupez le tofu en cube et l’ajoutez au bouillon. Salez. Laissez mijoter pour infuser le tout à couvert au moins 15 minutes.

Coupez les tomates cerises en 2 et les répartir dans les bols de services avec une cuillère à soupe d’huile de sésame dans chaque bol.

Ajoutez les pousses de bambou rincées et égouttées au bouillon puis les bok choy. Surveillez la cuisson des bok choy. Ne les laissez pas trop cuire, ils doivent garder un peu de croquant. Quand les bok choy sont prêts, ajoutez le jus de lime et répartir la soupe dans les bols, sur les tomates et l’huile. Garnissez d’oignons verts de feuilles de coriandre fraîche et de fines rondelles de piments thaïs pour ceux qui veulent plus de piquant. Servir avec un quartier de lime si désiré.

Tom Kha Tofu | @VivrepourMANGER

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :