Ode à la sauce piquante

Depuis plusieurs années, je suis super fan de la sauce piquante ! J’adore les plats relevés, vraiment. Et mon armoire à épices en témoigne. Lorsque j’étais adolescente, ma soeur et moi, les week end, mangions (presque) toujours des soupes ramen que nous apprêtions avec quelques restes de la veille, un peu de légumes et, surtout, (surtout!) quelques goute d’une sauce piquante quelconque. Nous en faisions un concours:

« J’en ai mis 8 gouttes!»- lançait l’une sur un ton de défi.

«Et moi 10» – renchérissait l’autre, l’orgueil bien placé.

Depuis, je me suis un peu calmé l’orgueil, j’affectionne toujours les plats relevés, mais je préfère gouter les autres aliments aussi. Voici donc un petit topo sur mes sauces piquantes favorites, celles avec lesquelles je cuisine le plus souvent.

***

– tabasco

tabasco

C’est certainement la plus connue et certainement aussi la plus banale. Pourquoi je l’aime encore et fait-elle partie de mon top? Car je la trouve tout simplement indispensable. Que serait un tartare de saumon classique sans tabasco? J’aime utiliser le tabasco où l’on ne veut pas nécessairement ajouter du piquant, mais de la chaleur à un plat. Sa saveur vinaigrée n’étant pas aussi parfumé et agréable en bouche que d’autres piquants, j’aime son effet lorsque je désire simplement relever un plat, sans avoir nécessairement les arômes particuliers d’un piment. Indispensable dans les tartares, mayo, huitres, etc… Et soyons franc, son packaging inchangé depuis des lustres est vraiment beau ! Mention spéciale également au Tabasco vert, fait à base de jalapeno, délicieux dans le guacamole !

5 sur l’échelle de Scoville.

***

– Piri-Piri

piri-piriLe piri-piri est une sauce à base d’un piment d’origine portugaise. On retrouve le piri-piri (ou pilipili) dans plusieurs cuisines, principalement les pays qui furent conquis par le Portugal comme le Brésil et certain pays d’afrique, comme le Mozambique. À la maison, on aime tellement le piri-piri que nous l’avons sous plusieurs formes: entier séché, moulu, en saumure, en sauce… On en fait presque une collection. Dès que nous le trouvons sous une nouvelle forme, nous ne pouvons nous empêcher de l’acheter. Mais je crois que notre version favorite est la sauce Molho de piri-piri. Nous l’utilisons souvent pour mariner une pièce de boeuf, directement sur la viande avec un peu de sel que nous laissons mariner environ une heure avant une cuisson au BBQ. Sinon, j’aime beaucoup le cuisiner soit avec des crevettes, du poulet ou du tofu sauté auxquels j’ajoute du jus de citron, pleins d’herbes (persil et/ou coriandre) et du piri-piri. Le côté un peu fumé et très aromatique de cette sauce est vraiment envoutant ! À découvrir !

***

– Sriracha

srirachaCette sauce tient littéralement le rôle de ketchup chez moi. On en met PAR-TOUT. Vraiment. Dès que nous trouvons qu’un plat manque d’un petit quelque chose, on sort la Sriracha. Elle est presque toujours à table, afin que chacun ajuste le côté relevé du plat à sa guise. Sa saveur est agréable et son piquant ne l’est pas trop et ne tue pas toutes les autres saveurs. Vraiment indispensable dans la cuisine asiatique de façon générale. Fait cocasse: quelle ne fut pas notre joie de découvrir que le dépanneur à côté de notre nouvel appartement, tenu par un couple d’asiatique, tient en permanence de la Sriracha dans leur inventaire! (les clients de ce dépanneur y viennent définitivement plus pour la bière, les cigarettes et la liqueurs que pour la sauce piquante et les vermicelles, mais perso, le dépanneur retrouve son réel sens quand j’arrive au bout de ma Sriracha ou encore que nous manquons de lait de coco pour une recette!)

4 sur l’échelle de Scoville.

***

-Gochujang

gochujang

Ça, c’est ma nouvelle affaire. Mon tout dernier coup de coeur ! Le Gochujang est une sauce d’origine coréenne. C’est en fait une pâte de piment fermenté, additionné de fèves de soya. Pour faire une comparaison, c’est une sorte de miso au piment, moyennement piquant. C’est tellement bon, que j’ai envie d’en mettre partout, comme une maman coréenne ! Le gout est à la fois pimenté (se rapproche un peu de la saveur fruité d’un bon paprika), salé, sucré et plein d’umami ! Le piquant est juste ce qu’il faut, super bien balancé. De plus, puisque sa saveur est si bien équilibré en soit, je trouve que le gochujang a un effet rassembleur de saveur et semble équilibrer immédiatement un plat lorsqu’on l’y ajoute. La cuisine coréenne est de plus en plus populaire dans les grandes villes gastronomiques du monde, je vous parie que le Gochujang, sera la nouvelle sriracha! Sérieusement, c’est bon dans tout : un sauté au wok avec plein de légumes. En marinade pour du boeuf. Dans une soupe. En trempette mélangé à du yaourt nature. Dans un burger. Avec du tofu, bref, vraiment, c’est bon PAR-TOUT! D’ailleurs en Corée, on en met dans tout, partout. De plus, les aliments fermentés sont excellents pour la santé, mais plutôt rare dans nos habitudes alimentaires occidentales. Ce peut être une bonne façon d’en ajouter à son alimentation. La photo ci-dessus représente le pot que j’ai réussi à dénicher à La Montagne Dorée à Québec, pour ne pas la nommer. C’est la seule marque qui semblait être disponible (WANG). Les emballages de Gochujan semble souvent être une boite rouge de ce genre. Pour la reconnaitre dans votre épicerie asiatique favorite, outre l’écriture Coréenne (oui, quand j’ai acheté la mienne, afin de m’assurer que c’était bien cela, je comparais l’écriture coréenne d’une image internet sur mon cellulaire avec le pot que j’avais entre les mains!). Mais plus facilement identifiable, il y a souvent mention de «pâte de piment rouge, fermenté». Certainement plus facilement dénichable à Montréal à l’épicerie Coréenne et Japonaise. Si vous en trouver, vous m’en donnerez des nouvelles!

***

– sambal oleksambal_oelek

Un autre piquant qui est quasi devenu un classique. Le sambal Olek, je l’utilise principalement durant la cuisson. Dans chaque recette qui demande de faire revenir du piment avec de l’ail par exemple, j’utilise le sambal olek. En fait, chez moi, le sambal est dans la cuisine alors que la sriracha est dans la salle à manger (ou presque). Délicieux dans les sautés et dans les cuisines d’inspirations indonésienne, indienne et asiatique de façon générale.

7 sur l’échelle de Scoville.

***

-harissa

le-phare-du-cap-bon-harissa

Tout simplement in-dis-pen-sable pour toutes les cuisines maghrébines, algérienne, tunisienne, marocaine etc… La harissa est très aromatique, et contient plusieurs aromates dans sa composition dont de l’ail, des piments et des épices dont le cumin. Je l’utilise à la fois pour cuisiner, mais également comme condiment, à table, afin que chacun ajuste selon son goût le piquant du plat.

***

Publicités

un commentaire

  1. Hey there, You have done a great job. I’ll definitely digg it and personally recommend to edkdbkagdcdk

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :